Les étrangers ont acheté 8,5% des logements vendus au Portugal en 2019

Tue 22 Sep 2020

Près de 40 % des biens achetés par des non-résidents valaient 500 000 euros ou plus. L'Algarve a dépassé Lisbonne pour la première fois.

Les étrangers au Portugal achètent de moins en moins de maisons, mais elles sont de plus en plus chères. En 2019, les non-résidents étaient responsables de 8,5 % des propriétés négociées et, en valeur, l'achat par des étrangers garantissait une part de 13,3 %.

Après deux années très fortes dans l'achat de biens immobiliers par des étrangers, l'année 2019 a apporté un certain refroidissement. En 2018, les augmentations par rapport à l'année précédente étaient de 14,5 % en nombre et de 19,2 % en valeur ; en 2017, la croissance avait été de 22,2 % en nombre et de 22,6 % en valeur. En 2019, le nombre de propriétés acquises par des non-résidents a même diminué (2 %), après avoir augmenté de seulement 1 % en valeur.

En 2019, la valeur moyenne des bâtiments vendus aux non-résidents était de 176 429 euros (+3,1% par rapport à 2018). Cette valeur est supérieure de 57 % à la valeur moyenne du total des transactions.

Selon l'Institut national des statistiques (INE), la répartition régionale du nombre et de la valeur des biens immobiliers acquis par des non-résidents était différente en 2019. L'Algarve reste en tête en nombre, avec 26,9% (elle avait atteint 28,6% en 2018) et dépasse à nouveau la zone métropolitaine de Lisbonne en termes de valeur globale des biens acquis par les non-résidents (situation qui s'était inversée en 2018), représentant ainsi 37,7% de la valeur des acquisitions par les non-résidents. La zone métropolitaine de Lisbonne en comptait 35,8%, après avoir réussi à augmenter de 6,1% le nombre de transactions et à perdre 8,5% en valeur par rapport à 2018.

Ces chiffres sont influencés par ce que l'on appelle les Golden Visas, nom communément donné aux permis de séjour au Portugal pour les activités d'investissement, accordés à toute personne réalisant des investissements supérieurs à 500 000 euros et qui existent depuis 2012. Selon l'INE, près de 40 % de la valeur des acquisitions auprès de non-résidents correspondaient à des biens d'une valeur unitaire de 500 000 euros ou plus. Et la valeur moyenne des biens acquis par les non-résidents pour un prix égal ou supérieur à 500 000 euros a atteint 923 016 euros, en hausse de 3,2 % par rapport à 2018.

Dans son bulletin annuel sur l'acquisition de biens immobiliers par des non-résidents, l'INE souligne qu'en 2019, la proportion de biens immobiliers vendus à des étrangers d'une valeur unitaire égale ou supérieure à 500 000 euros - représentant 7,5 % du nombre de biens immobiliers acquis par des non-résidents et 39,2 % de la valeur totale - a de nouveau augmenté. Il s'agit d'une augmentation par rapport à 2018, où ces ventes représentaient 7,2 % du nombre de transactions et 37,6 % en valeur.

Comme l'année précédente, ce sont les résidents français qui ont acquis le plus de propriétés au Portugal (18,1 % de la valeur totale des propriétés acquises par des non-résidents), suivis par les résidents du Royaume-Uni (17,3 %). Parmi les principaux pays de résidence des acheteurs non résidents, il convient de mentionner la Chine, dont la valeur moyenne des biens immobiliers acquis par les résidents dans ce pays (373 071 euros) était plus du double de la valeur moyenne totale des biens immobiliers vendus aux résidents à l'étranger.

Lisez l'article original ici.


Photo de Frank Nürnberger em Unsplash

Our website, like many others, uses cookies to help us customise the user experience. Cookies are important to the proper functioning of a site. To improve your experience, we use cookies to remember log-in details and provide secure log-in, collect statistics to optimize site functionality and deliver content tailored to your interests.

Agree and Proceed
X